L’inquiétante surmortalité en Seine-Saint-Denis : « Tous ceux qui vont au front et se mettent en danger, ce sont des habitants du 93 » – Le Monde

Sabira Blaszezykowska, aide soignante (assise sur l'image) a l'intérieur du poste de soin, à a l hôpital Delafontaine de Saint-Denis (en Seine-Saint-Denis), le 3 avril.

Sabira Blaszezykowska, aide soignante (assise sur l’image) a l’intérieur du poste de soin, à a l hôpital Delafontaine de Saint-Denis (en Seine-Saint-Denis), le 3 avril. BENJAMIN GIRETTE POUR « LE MONDE »

Le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, l’a annoncé jeudi 2 avril : la Seine-Saint-Denis fait partie des départements les plus touchés par un excès de mortalité « exceptionnel » lié à l’épidémie de Covid-19.

Derrière cette déclaration, un chiffre, celui de l’Insee : + 63 %. C’est la hausse des décès transmise par voie dématérialisée entre la semaine du 14 au 20 mars et celle du 21 au 27 mars. Il s’agit de la plus forte progression hebdomadaire, devant la Haute-Marne (+ 54 %), le Val-d’Oise (+ 47 %) ou encore la Moselle (+ 45 %). « D’ordinaire, je signe trois à quatre certificats d’inhumation par semaine, raconte Sylvine Thomassin, maire socialiste de Bondy. Depuis deux semaines, j’en signe trois à quatre par jour, je n’ai jamais vu ça. »

Lire aussi : visualisez la surmortalité en France par département depuis le 1er mars

Selon Santé publique France, 208 personnes sont mortes du Covid-19 en Seine-Saint-Denis (département qui compte 1,6 million d’habitants) entre le 1er mars et le 2 avril. C’est moins qu’à Paris (455 décès pour 2,3 millions d’habitants) et dans le Val-de-Marne (211 pour près de 1,4 million d’habitants), mais plus que dans l’Essonne (80 pour 1,3 million d’habitants).

Plusieurs facteurs expliquent cette progression. Deuxième département le plus peuplé d’Ile-de-France après Paris, le 93 est aussi le plus jeune : 30 % de la population a moins de 20 ans. Un facteur qui pourrait être favorable – les jeunes étant moins touchés par le coronavirus que les personnes âgées – mais qui se révèle épineux. « Il est plus difficile de confiner des jeunes de 20 ans en zone urbaine dense que des retraités en Corrèze », relève Mme Thomassin, qui pointe une autre difficulté. Avec la fermeture des marchés alimentaires, ces populations se concentrent de fait sur un ou deux points de ravitaillement. Bondy Nord compte ainsi 21 000 habitants et un seul supermarché.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Epidémie due au coronavirus : « Il n’y a plus une seule place de réanimation dans le 93 »

« Il est très difficile de s’isoler, y compris au sein des familles »

Si le respect des règles du confinement a mis « un peu de temps à se mettre en place » dans certains quartiers, concède la maire de Bondy, aujourd’hui, elles sont « relativement bien respectées », souligne Stéphane Peu, député communiste de Seine-Saint-Denis, qui dit ne pas avoir été « étonné » par l’annonce de Jérôme Salomon. La multiplication des inhumations au cimetière intercommunal des Joncherolles, à Villetaneuse, l’a incité à demander au préfet du 93 à ce qu’une entreprise soit réquisitionnée afin de construire au plus vite des caveaux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *