Coronavirus: aux Etats-Unis, certains hôpitaux paient leurs infirmières jusqu’à 110 euros de l’heure – BFMTV.COM

C’est la loi de l’offre et de la demande. Outre-altantique, l’épidémie de coronavirus sévit, et les hôpitaux cherchent à renforcer leurs effectifs, en recrutant notamment des infirmiers pour s’occuper des patients infectés par le Covid-19. Pour s’imposer face à la concurrence, les hôpitaux y mettent le prix: le salaire hebdomadaire moyen pour les emplois d’infirmière a grimpé à plus de 3000 dollars (environ 2760 euros) au mois de mars, selon les chiffres du site NurseFly, un site qui recense les offres d’emploi du secteur médical, relayé par CNBC. Avant l’épidémie, en janvier, la rémunération moyenne sur tout le territoire était de 1700 dollars (1560 euros) la semaine, soit plus de 6000 euros par mois! 

Certaines services d’urgence versent même des salaires de 4000 dollars (soit 3680 euros), soit plus du double que le salaire habituellement proposé. Certaines spécialités (comme les urgences, les services dédiés aux infections) les augmentations ont même dépassé les 100%.

Mais tous les Etats ne sont pas encore touchés par ce phénomène. L’inflation des salaires connaît le même chemin que le déplacement de l’épidémie. Dans l’État de Washington, premier foyer de l’épidémie outre-atlantique, le salaire hebdomadaire a grimpé de 90%. Dans cet Etat, certains hôpitaux offrent 120 dollars de l’heure aux infirmières, soit 110 euros. A raison de 40 heures par semaine, cela revient à un salaire mensuel de plus de 18.000 euros. En Californie, également très touché par le Covid 19, l’augmentation atteint 60%.  

Des salaires bien loin de ceux pratiqués en France

De tels salaires ont de quoi faire pâlir d’envie le personnel hospitalier en France. Tout aussi sollicitées par l’épidémie, ils sont cependant rémunérés selon des barèmes, comme dans tout service public. Un infirmier débutant, sans spécialisation, est rémunéré entre 1827,54 à 1977,49 euros par mois brut et il peut espérer 3000 euros en fin de carrière. A cela s’ajoute quelques primes, comme celle pour le travail du dimanche (46,42 euros pour 8h travaillées) et celle de nuit (1,07 euro par heure).

En libéral, les infirmiers sont mieux lotis mais ils ne comptent pas leurs heures: ils ont déclaré  47.710 euros de revenus d’activité en 2011, selon une étude de la Drees, soit près de 3900 euros par mois. 

OCDE OCDE –

Ces salaires du secteur hospitalier sont également inférieurs de 5% à la moyenne des salaires perçus par l’ensemble des travailleurs en France, puisqu’ils s’élèvent, selon une étude de l’OCDE (schéma ci-dessus de gauche). Ce n’est pas une situation exceptionnelle parmi les pays regroupés au sein de l’organisation de coopération, mais la France est néanmoins dans le bas du classement.

Les Etats-Unis sont évidemment plus généreux avec cette catégorie de personnel même en dehors de l’épidémie avec des salaires environ 20% plus élevés que la moyenne nationale. (schéma ci-dessus de droite). Mieux encore, en convertissant les salaires dans une monnaie commune (et corrigée des parités de pouvoir d’achat), la rémunération du personnel infirmier américain se place en deuxième position, derrière le Luxembourg. Ce qui n’est sans doute pas étranger à l’attrait qu’exerce le pays vis à vis de nombreux infirmiers étrangers.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *