Coronavirus, en direct : l’Italie compte désormais près de 14 000 morts, dont 760 en 24 heures – Le Monde

Ouverture d’une enquête après qu’une infirmière a dit avoir été contrainte de quitter son domicile

Une enquête préliminaire a été ouverte après qu’une infirmière a dit avoir été contrainte de quitter son domicile, dans un petit village de l’Hérault, par son propriétaire qui craignait d’être contaminé par le coronavirus, a annoncé jeudi le parquet de Montpellier.

Cette enquête préliminaire a été ouverte jeudi “afin d’établir si les conditions dans lesquelles cette personne a été amenée à quitter son domicile étaient susceptibles de recevoir une ou plusieurs qualifications pénales”, a précisé le procureur de Montpellier, Fabrice Belargent, dans un communiqué.

Mardi, les gendarmes sont intervenus pour assister chez elle cette infirmière anesthésiste du CHU de Montpellier, contrainte de quitter son habitation avec sa famille, a-t-il précisé. La soignante, âgée de 37 ans, occupait le rez-de-chaussée d’une maison dans le village de Montarnaud avec sa mère et son mari ainsi que ses deux enfants de 20 ans et 3 ans.

Dans une interview à La Gazette de Montpellier, l’infirmière a expliqué que ses propriétaires, qui logent à l’étage, craignaient d’être contaminés par le SARS-CoV-2. Pour la forcer à quitter le logement, ils lui auraient coupé l’eau chaude, l’électricité et l’antenne de télé et faisaient beaucoup de bruit tôt le matin, a-t-elle affirmé.

La mère de famille a, depuis, été relogée dans un studio de Montpellier le temps du confinement. Son époux a trouvé refuge dans la maison de ses parents. Sa mère, elle, a dû regagner la maison de retraite dans laquelle elle logeait avant le confinement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *